19 discussions LinkedIn sur les MOOC

Accès 110 discussions LinkedIn en 4 ans d'innovation collective ouverte pour anticiper le numérique

samedi 10 novembre 2012

Quelles évolutions pour les métiers de l'information ?

"Professionnels autour de l'information, laissez tomber votre métier"

Initié par Jean-Pascal Perrein
Groupe : Gouvernance de l'information


(...)tdk
Je suis un peu perplexe sur le message de l'article en rapprochant ces deux propositions extraites respectivement de l'introduction et de la conclusion ;

"il existe certain métier assez immuable, un médecin restera assez longtemps un médecin, de même que pour un avocat, ou un notaire"

"coller une étiquette sur le front de la personne, sur son bulletin de salaire, et sa carte de visite. Un peu bizarre vous ne trouvez pas ?"

er...
Y-a-t-il parmi nous un médecin, un avocat ou un notaire qui nous lit et qui pourrait donner son avis ? 



(...)tdk
@Jean-Pascal Perrein,
en fait, j'étais perplexe sur le message de votre article.

Dans son titre, je lis "Professionnels du numérique, laisser tomber vos métiers", ce qui me semble aller à l'encontre de la pensée dominante sur le numérique comme source d'emploi et de croissance pour la France.

Sur la question des métiers de documentaliste, d'archiviste, de journaliste ou de médecin, tous devraient évoluer avec le numérique.

Que voulez-vous dire par "vitesse d'évolution" pour un métier ? 
 


(...)tdk

@Jean-Pascal,
Pensez-vous qu'un métier peut évoluer ? oui.
Il peut même disparaître (le chomâge que vous évoquiez plus haut).

Sur la formule "vitesse d'évolution", je la lis comme une formule évocatrice en gestion de changement d'où ma question en retour : que recouvrirait pour vous une notion de vitesse d'évolution qui pourrait s'appliquer indistinctement à des métiers tels que médecin, avocat, journaliste ou documentaliste ?

Sur le numérique, c'est probablement fourre tout, mais c'est certainement un signal d'évolution sur les métiers autour de l'inforamtion.

Une des approches pour décrypter ce signal est de l'utiliser : par exemple la formule "gouvernance numérique" au lieu de "gouvernance de SI" ou "gouvernance informatique" permet d'avancer de concert avec d'autres personnes explorant cette évolution telles que le Syntec ou le CIGREF qui dans mon souvenir ont adopté cette formule fin 2011.