19 discussions LinkedIn sur les MOOC

Accès 110 discussions LinkedIn en 4 ans d'innovation collective ouverte pour anticiper le numérique

lundi 1 décembre 2014

Discussion MOOC N°4 : Un modèle d'affaires pour MOOC : l'Open Savoir Faire

L'année 2014 est l'an I des MOOC en France.
Voici cinq discussions qui se sont déroulées sur le groupe LinkedIn MOOC Francophone d'octobre à novembre 2014, déclenchées par des professionnels en MOOC, sans langue de bois et portés par un esprit d'innovation collaborative.
  1. Discussion N°1 : Divers échanges sur les questions de gratuité et de propriété du MOOC
  2. Discussion N°2 : Caractériser un bon MOOC
  3. Discussion N°3 : Du prix d'une projection en entreprise d'une video de MOOC
  4. Discussion N°4 : Un modèle d'affaires pour MOOC : l'Open Savoir-Faire
  5. Discussion N°5 : De la maintenance des MOOC 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

A quel prix vendre une vidéo de formation ? 
Lancée par Rémi Bachelet Maitre de conférences at Ecole Centrale Lille Top Contributor

Dans le MOOC GdP, on propose des vidéo en accès et en licence libre..
mais licence libre ne veut pas dire "gratuit pour tout le monde". toutes mes vidéos sont en licence libre cc-by-SA-NC (NC = non commerciale) : utilisation personnelle gratuite, mais achat d'une licence pour les entreprises et les formations dont les formateurs sont rémunérés.
 (...)

Au 1er décembre 2014 : 19 commentaires

(...)tdk

Rémi,
 merci d'avoir partagé les prix d'une projection d'une vidéo du MOOC sur la gestion de projet de l'Ecole Centrale de Lille et d'avoir relancé la discussion.

Effectivement,
  • libre accès (au sens entrée dans une exposition) ou 
  • accès gratuit sous identité réelle ou pseudo 
ne veut pas dire libre de droits.

C'est donc légitime pour les auteurs et ayant droits de demander un acquittement de droit pour la projection dans tout cercle fermé (pour une liste de ces cercles [privés], il suffit de lire les avertissements avant les vidéos)

Mais c'est également une bonne pratique pour ces auteurs et ayants droits d'être transparent et clair dans la promesse aux apprenants qui vont investir leur temps.

Pour un exemple de pratique d'avertissement : la plateforme FUN qui est claire,
  • et sur les droits [réservés par les]  professeurs (CC BY ND NC) 
  • et sur les droits des apprenants ("votre production relève de votre propriété intellectuelle et ne peut donc pas être réutilisée, sauf mention de votre part de conditions d’utilisation de vos contenus (par exemple licence apposée à vos contributions")

Pour un exemple de pratique d'avertissement sur les droits de l'enseignant , un short MOOC : http://cell017.organic-mooc.eu

(...)tdk

pour les vidéos [où on peut observer les avertissements sur ce qu'il est autorisé de faire avec ces vidéos] : je voulais dire vidéos grand public.

Dans ces listes, on trouve des cercles privés exotiques comme les "plateformes pétrolières", les "autocars grand tourisme"...

(...)tdk
@Jean-Marie,
"Si une conférence peu ou mal produite apporte des réponses à des questions très pointues, ne vaut-elle pas plus cher qu'une superbe capsule sur un sujet lambda ? "

Sans doute car la forme n'est pas le fond, tout comme popularité n'est pas synonyme de qualité.

Pour une expérience partagée, immédiate et directe sur un cas concret, voici une capsule produite avec une ingénierie frugale sur un sujet lambda, à savoir un exercice sur le calcul d'aire d'un triangle, que son producteur entend destiner à des collégiens en classe de 5ième, 4ième ou 3ième.

http://cell005.organic-mooc.eu

(...)tdk

Que diriez-vous du deal ci-dessous :
  1. formation "individuelle" : production sur le web ouvert (code HTML5), accès gratuit, libre (pas d'enregistrement à la plateforme de production) et permanent (meilleur effort pour la disponibilité), les quiz permettant une auto évaluation de la bonne réception du contenu de la vidéo (un apprentissage demande du par coeur), Le téléchargement des vidéos n'est pas permis. Si la personne veut télécharger, un accord préalable doit être noué. 
  2. pour entreprises et les entreprises de formation à but lucratif (capitaux privés donnant droit à dividendes pour les actionnaires), licences payantes (les vidéos sont certes immatérielles mais restent une propriété et un capital) 
  3. pour les associations professionnelles, licences payantes ou accord spécifique 
  4. pour les autres associations, au cas par cas 
  5. pour les établissements "publics" , cela dépend de la finalité : le plus souvent, reconduction de ce qui se passe dans le monde physique 
(...)tdk

@Rémi,
Merci pour ton retour.
L'origine de la différence de nos positions [sur le téléchargement des vidéos] est peut être dans la finalité, l'objet et contenu de nos MOOC respectifs plus que dans les options technologiques et les contraintes opérationnelles.

Les MOOC que je produis sous le format de "Short MOOCs en Réseau" ont pour première finalité de promouvoir les services de conseil de mon cabinet. Dans cette finalité, j'ai fait le pari de divulguer mon savoir-faire d'entreprise [1].

Donc,
  • moins il y a de barrières (pas d'enregistrement pour entrer), mieux c'est, 
  • plus il y a de visites, mieux c'est et 
  • plus il y a de contacts one to one, mieux c'est. 

Lorsque les clients me contacteront massivement, alors là...;-))

[1] Le savoir-faire d'entreprise est par essence différentiant par rapport à la concurrence et dès lors gardé soigneusement secret.
Pour un savoir-faire divulgué mais protégé, voir la notion d'Open Savoir-Faire
http://articlex6.archilogies.net
---------------------------------------------------------------------------------------------------------
Accès aux autres discussions via le MOOC-Pitch : "Et si le C de MOOC voulait dire consulting ?"